MECS LM : Le SEJ sous un regard croisé

Institué en 1988, le SEJ (Service Educatif de Jour) a vocation à prévenir les risques de dégradation des situations familiales, en intervenant auprès des familles en difficultés éducatives pour leur apporter l’aide et l’assistance nécessaires à la résolution des problèmes rencontrés. Avec ses 4 intervenantes permanentes et quelques 22 familles cibles, ce service procède essentiellement à des visites à domicile, des activités extérieures et des rencontres individuelles ou collectives au sein du service.

Dans une perspective d’évaluation singulière, il est apparu pertinent de soumettre un questionnement au triptyque, pilier fondamental du service, à savoir le jeune, sa famille et l’éducatrice.

  • Le SEJ, pour quoi faire ?

Réponse du jeune : « Pour venir en aide aux enfants qui traversent des périodes troublées, dans la famille ou à l'école ». 

Réponse de la famille : « Pour aider mon enfant hors norme à avoir une place à l'école et me soutenir dans mon rôle parental ».

Réponse de l’éducatrice : « Pour offrir un espace, un regard, et une compréhension « tiers » aux personnes concernées par la mesure éducative ».

  • Dans l’action du SEJ, qu’est-ce qui est essentiel pour vous (pour toi) ?

Réponse du jeune : « L'accompagnement régulier, pouvoir côtoyer d'autres enfants presque au quotidien ».

Réponse de la famille : « La communication entre les professionnels et la famille ».

Réponse de l’éducatrice : « Il est important de Préserver le système familial dans une action éducative de prévention ».

  • Sans l’intervention du SEJ, que se passerait-il ?

Réponse du jeune : « Des enfants pourraient tomber en décrochage scolaire, mal construire leurs relations sociales ou ne pas se sortir de difficultés familiales ».

Réponse de la famille : « Les enfants qui ne rentrent pas dans les cases seraient encore plus stigmatisés et encore plus rejetés ».

Réponse de l’éducatrice : « Question à double sens… Nous intervenons auprès d’enfants dont la situation familiale peut se dégrader, ainsi avec l’adhésion de tous, un travail efficient est mené. Sans le SEJ, les acteurs du système familial peuvent-ils améliorer leur problématique ?? Grand débat ! 

  • Citez une situation du quotidien qui s’est modifiée du fait de l’intervention du SEJ ?

Réponse du jeune : « Les relations amicales à l'école, qui se sont améliorées grâce aux rapports noués au SEJ ».

Réponse de la famille : « Mon fils est resté scolarisé, a obtenu son bac avec mention et suit des études supérieures difficiles avec succès ».

Réponse de l’éducatrice : « Le SEJ est venu remobiliser une dynamique familiale pour prévenir une rupture scolaire probable et un isolement sous-jacent ».

  • Pour que le travail du SEJ se passe mieux, qu’est-ce qui pourrait être fait ?

Réponse du jeune : « Mettre à disposition un lieu plus grand et plus agréable qu'un petit appartement ».

Réponse de la famille : « Attribuer au SEJ une place prépondérante au sein de l’Education Nationale ».

Réponse de l’éducatrice : « Il serait intéressant de créer un « pôle » SEJ peut-être sous forme de permanence ? Stagiaires comme professionnels pourraient s’y ressourcer au même titre que les jeunes et leur famille afin de permettre que les regards se croisent sur des temps interstitiels ».